COLLABORATIONS DIVERSES

Outre le duo (formation de base) et le quartet avec Hélène Labarrière et Jacky Molard, Kala Jula se conjugue parfois à trois voix. Certaines collaborations font régulièrement l’objet de nouveaux concerts.

SIDIKIBA COULIBALY (Mali)

chantre fameux de la confrérie des chasseurs du Mandé, virtuose de la harpe-luth simbi.
Plusieurs tournées internationales en trio entre septembre 2011 et avril 2013,
avec notamment des concerts aux Rencontres Polyphoniques de Calvi (Corse), au festival Africolor et au Salon de musique du Musée du Quai Branly (Paris – diffusion sur ARTE Live Web), au Théâtre du Crochetan (Monthey, CH) et au festival Voci Audaci (Ascona, CH)

Sidikiba Coulibaly apparaît sur les CDs Siniya Na Kònò et Sangoyi.

JEAN-PHILIPPE ZWAHLEN (Suisse)

guitariste (électrique et éclectique) de la scène suisse romande du jazz et des musiques actuelles, compagnon de scène et d’enregistrement de la première heure au sein de la compagnie Djinn Djow, des Palabres Bleues puis de Kala Jula, il a participé aux premiers concerts de Kala Jula et au premier CD éponyme, ainsi qu’à l’album Siniya Na Kònò.

YANNICK BARMAN (Suisse)

Virtuose de la trompette dans tous ses répertoires, du classique et à l’électro la plus complexe en passant par (presque) toutes les formes de musiques actuelles, il a également participé à l’aventure des Palabres Bleues en Suisse, au Mali et au Burkina Faso aux côtés de Vincent Zanetti. Il apparaît sur les CDs Siniya Na Kònò, Kala Jula et Sangoyi et participe régulièrement aux concerts de Kala Jula, parfois avec la complicité de l’accordéoniste Stéphane Chapuis et/ou du batteur Cyril Régamey.

Les rencontres occasionnelles

Organisées pour tel ou tel événement précis, les collaborations suivantes ne sont (a priori) pas appelées à se reproduire sur scène. Elles ont toutefois ouvert de nouvelles pistes et laissé autant de souvenirs lumineux et durables.

JÉRÔME BERNEY (Suisse)

Batteur de jazz et compositeur, il met en musique à partir de 2015 le livre de l’écrivaine ivoirienne Véronique Tadjo, Reine Pokou. Présenté en mai 2017 en création sur la scène de l’Auditorium Stravinsky à Montreux (CH), cet oratorio africain réunit finalement sur scène, sous la direction du chef de choeur Yves Bugnon, près de 300 choristes et instrumentistes, dont Kala Jula qui incarne la partie africaine de l’oeuvre.

LEONARD ETO (Japon)

Virtuose du tambour daïko, ex-membre du fameux ensemble Kodò et brillant ambassadeur des percussions du Japon dans le monde entier, il rejoint Kala Jula en août 2012 pour un trio éphémère, initialement créé pour le festival CIME à Evolène, au coeur des Alpes valaisannes (CH), mais qui tourne également en Suisse alémanique dans les semaines qui suivent sa création.

CATRIONA McKAY & CHRIS STOUT (Ecosse)

Distingués à plusieurs reprises en tant que meilleurs instrumentistes traditionnels d’Ecosse, respectivement virtuose de la harpe celtique et du fiddle, ces deux-là font partie de ce que le folk écossais a produit de plus inventif, de plus original et de plus jubilatoire. Outre leurs brillantes carrières en solo ou au sein de différents ensembles, ils présentent depuis des années un duo unanimement apprécié et reconnu dans le monde entier. En avril 2016, les deux duos – le leur et Kala Jula – se retrouvent en Ecosse et fusionnent, le temps d’un concert mémorable à l’affiche de l’Edinburgh International Harp Festival.

SILVANO SANCHES (Cap Vert)

Chanteur à la voix rocailleuse et chargée d’émotion, fondateur du projet Baboza Afromusic, il a été honoré en 2008 pour son oeuvre par le « Prix Orlando Pantera », décerné par le Ministère de la Culture du Cap-Vert. En avril 2017, Kala Jula le retrouve à Praia pour représenter le Cap-Vert à l’affiche du Kriol Jazz Festival ainsi qu’à l’Atlantic Music Expo (AME) – deux événements majeurs de l’agenda des musiques du monde.